Actualités

SAUV Life : l’appli qui fait collaborer citoyens et SAMU

Rencontre avec l’un de nos formateurs, Steven Lagadec, infirmier SMUR aux multiples casquettes, qui endosse son rôle de référent SMUR 91 pour nous parler de l’application SAUV Life.

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre métier ?

Je m’appelle Steven Lagadec, je suis infirmier au SMUR du Centre Hospitalier Sud Francilien (CHSF) et assistant de recherche épidémiologique et clinique pour le SAMU 91. Je partage mon activité d’infirmier avec une activité en recherche clinique que j’associe volontiers a un temps d’enseignement autour des thèmes de la recherche clinique et des gestes d’urgences. Enfin j’ai l’immense plaisir de participer au développement de l’application SAUV Life au sein du SAMU 91.

Vous êtes formateur chez Panacéa depuis 2014 pouvez-nous expliquer votre rôle et les interventions que vous réalisez ?

Je prends un immense plaisir à intervenir pour Panacéa Conseil & Formation Santé en qualité de formateur. Mes expertises concernent les gestes d’urgences de l’adulte et de l’enfant. J’interviens essentiellement sur les formations suivantes :

De façon plus anecdotique, j’anime également les formations autour de la recherche infirmière au sein du pôle préparation aux concours et recherche.

Vous êtes également référent SAMU 91 pour SAUV Life, pouvez-nous présenter l’application et nous expliquer en quoi consiste votre rôle ?

SAUV Life est une application mobile créée à l’initiative du Dr Lionel Lamhaut, c’est la première communauté citoyenne auxiliaire des SAMU. Lorsque le SAMU est alerté de la survenue d’un arrêt cardiaque, il déclenche l’application mobile qui va alors contacter par notification les volontaires citoyens situés à proximité de l’arrêt cardiaque. Deux d’entre eux vont être guidés vers la victime et deux autres vers le défibrillateur le plus proche. Le processus est entièrement automatisé et permet de réduire significativement le délai entre la survenue d’un arrêt cardiaque et la réalisation des premiers gestes par les témoins.

L’application a permis d’optimiser ce premier maillon de la chaîne de survie que sont les citoyens à même d’intervenir avant l’arrivée du SAMU et d’influer sur le pronostic global des arrêts cardiaques. À mes yeux, SAUV Life est un outil essentiel pour aider les SAMU dans leurs stratégies de réanimation des arrêts cardiaques et pour sensibiliser les citoyens.

Au SAMU 91, mon engagement consiste à garantir le bon fonctionnement de l’outil SAUV Life. Avec l’aide de nombreux partenaires le SAMU 91 et le CHSF organisent des actions d’information et de formation auprès des populations de façon à soutenir  l’essor de la communauté citoyenne au sein du département.

Présentation de l'appli SAUV Life

Sensibilisez-vous vos stagiaires à l’usage de cette application durant vos formations ?

Bien entendu ! La formation est un vecteur de diffusion précieux, selon moi. Elle permet d’apporter un éclairage utile sur les aspects techniques de l’application et sur les enjeux en santé à tous les stagiaires qui souhaitent l’utiliser que ce soit dans un cadre personnel ou professionnel. L’application SAUV Life est développée par une association à but non lucratif type loi 1901, elle est donc gratuite pour tous les membres de la communauté et les services de secours qui l’utilisent. Sa réussite repose essentiellement sur le maillage étroit de volontaires citoyens, il est, pour moi, essentiel de communiquer très largement sur SAUV Life.

SAUV Life est une solution innovante pour sensibiliser et mobiliser le grand public aux gestes de premiers secours, pensez-vous que ces dispositifs vont se développer ? et qu’ils peuvent avoir un véritable impact ?

Depuis 2015, les recommandations internationales insistent sur la nécessité de créer des programmes communautaires pour permettre la « mise en relation » d’une victime d’arrêt cardiaque avec une personne qui pourra débuter les premiers gestes et/ou apporter un défibrillateur. Les initiatives, telles que SAUV Life, sont possibles grâce à l’utilisation des téléphones mobiles et des médias qui facilitent la communication entre les citoyens et les services de secours préhospitaliers.

Les technologies utilisées comme la géolocalisation, les notification permettent de mettre en place des interventions très rapides et mobilisent la communauté de citoyens volontaires. Lors d’un arrêt cardiaque, on estime que la survie diminue de 7 à 10 % par minute perdue avant le début des premiers gestes, alors oui, il est certain que la réduction des délais d’intervention influence favorablement le pronostic vital des victimes.