Actualités
Publié le 21 janvier 2021

DIU de Pédiatrie en maternité, une édition connectée

À année exceptionnelle, dispositif exceptionnel ! L’équipe organisatrice du DIU de Pédiatrie en maternité des universités de médecine de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et Sorbonne et celle de Panacéa ont redoublé d’effort pour proposer aux 45 étudiants de la promotion 2019/2020 deux journées d’ateliers pratiques à distance.

Des enseignements pratiques en distanciel

Habituellement organisés en présentiel au mois de juin, les enseignements pratiques du DIU de Pédiatrie en maternité ont dû être repoussés à cause des restrictions sanitaires liées à l’épidémie de la Covid-19.

Comme l’explique le Dr Mathilde Letouzey, pédiatre et responsable de l’organisation des ateliers du DIU, « Les universités étant limitées à une capacité de 6 étudiants en présentiel pour les travaux pratiques, nous ne pouvions pas accueillir tous nos étudiants sur place, ni en privilégier certains. L’objectif était donc, pour cette édition, de trouver comment organiser des enseignements pratiques à distance, tout en respectant nos objectifs pédagogiques et en proposant une solution interactive et de qualité à nos étudiants. 

Avec l’aide de l’équipe de Panacéa, nous avons passé en revue les possibilités techniques que nous offrait le format distanciel, évalué la faisabilité et construit les ateliers, en adéquation avec les objectifs pédagogiques du diplôme. »

Un dispositif technique, complexe et sur-mesure

Grâce au travail de réflexion mené (technique et pédagogique), nous avons mis en place un dispositif sur-mesure, comme nous le présente Guillaume Escouboué, Responsable technique et simulation chez Panacéa : « Pour proposer des ateliers à distance répondant aux exigences pédagogiques du DIU de Pédiatrie en maternité et à la nécessité de maintenir une interaction forte entre les enseignants et les étudiants, nous avons mobilisé l’ensemble de nos ressources techniques et logistiques en interne.

Un plateau principal a été créé afin de permettre aux 7 intervenants d’animer leurs ateliers ou leurs cours magistraux en direct via un système de visio-conférence. En parallèle de cela, un second plateau de contrôle a été annexé pour assurer la modération des échanges avec les étudiants sur le chat, récolter les questions et leur répondre en direct.

Enfin, nous avons installé un troisième et dernier plateau au sein de notre laboratoire de simulation en santé afin d’effectuer et retransmettre les exercices pratiques. 4 caméras filmaient en direct (1 caméra principale pour le laboratoire, 2 caméras mobiles pour zoomer sur les gestes techniques et 1 fibroscope). Nous avons ainsi pu proposer une retransmission dynamique et précise des différentes procédures réalisées sur nos mannequins de simulation : ventilation, intubation, massage cardiaque externe… »

Pour rythmer ces deux journées d’ateliers et permettre aux étudiants d’interagir entre eux et avec les formateurs, plusieurs outils pédagogiques ont été développés à distance : sondage en direct, questions à choix simple, chat et constitution de sous-groupes de travail.

« En ce qui concerne les temps de travail en sous-groupe, nous avons créé des salles virtuelles pour les 6 sous-groupes d’étudiants. Ils pouvaient ainsi travailler et échanger à plusieurs, via leurs caméras, sur un cas clinique avant de retourner dans la salle principale et restituer leur analyse à l’oral devant l’ensemble des groupes et des intervenants. » nous détaille Guillaume Escouboué.

Une solution à la hauteur des enjeux pédagogiques

Un programme dense qui a su répondre aux objectifs de l’équipe organisatrice du DIU d’après le Dr Mathilde Letouzey : « Tout le monde était ravi ! Nous avions beaucoup d’appréhension au départ, beaucoup d’incertitude quant à la faisabilité de ces ateliers pratiques à distance et surtout peur de tomber dans du 100% théorique. Les interactions étaient vraiment au cœur de ces deux journées grâce aux travaux en sous-groupe, au système de chat en direct, aux sondages et aux différents supports exploités, notamment la retransmission de gestes techniques ou mises en situation effectuées en direct dans le laboratoire de simulation. Les étudiants se sont sentis impliqués malgré la distance et c’était notre objectif principal. »

Un sentiment également partagé par les étudiants qui se sont montrés très satisfaits et impressionnés par le système mis en place. En témoignent leurs retours : « Félicitations à vous, c’était vraiment une tâche difficile de rendre ça à la fois fluide et intéressant. Pour du « pratique » en non présentiel, je pense que vous avez fait le max de ce qu’il était possible. Bravo à tout le monde ! Et merci », « Je suis bluffée de la qualité de ces deux jours malgré ces circonstances si inédites », « C’était très bien organisé, l’interactivité permettait de maintenir un intérêt tout au long des 2 jours», « Vraiment Bravo et Merci… Je ne m’attendais pas une telle réussite de ces ateliers de simulation »…

Mixer présentiel et distanciel, une solution pérenne

« Si le contexte épidémique nous contraint à proposer une prochaine édition en distanciel, je suis prête à recommencer. Je suis même déjà en train de réfléchir aux pistes d’amélioration possibles. Digitaliser les enseignements pratiques du DIU de Pédiatrie en maternité a été une expérience très enrichissante sur le plan pédagogique. Cela nous pousse à réfléchir d’une autre façon, à se réinventer. C’est effectivement beaucoup de travail en amont, il y a une vraie préparation mais j’ai été très bien accompagnée par Panacéa sur le plan de la réalisation et de la concrétisation de mes idées. Un format mixte, alliant présentiel et distanciel, est une solution que j’envisage pour les prochaines années. » conclut le Dr Mathilde Letouzey.

Le DIU de Pédiatrie en maternité 2020 c’est

  • 2 jours d’enseignements pratiques en distanciel
  • 45 étudiants (sages-femmes, médecins, internes)
  • 7 formateurs intervenant à tour de rôle
  • 3 cours magistraux retransmis en direct
  • 9 ateliers pratiques dont 5 avec séances de simulation
  • 2 projections de vidéos
  • 350 questions et messages échangés sur le chat